Art, musique & littérature

Quand la rue débarque en galerie : Ne pas effacer !

5 mai 2012

Que faire un samedi au ciel gris ? Une expo ! Je sors de la galerie street art Wallworks et de son expo « Ne pas effacer »… Conquise !

Wallworks, la galerie

Finalement, je ne saurai dire si j’ai préféré l’expo ou la galerie… A vrai dire, j’ai autant aimé l’une que l’autre ! 140 m2 au sous-sol d’un immeuble industriel, dans le 10e, entre basement londonien et workshop berlinois. J’y entre pour la première fois et je me demande où je vais atterrir… Néons blancs, tuyaux du sol au plafond, monte charge… Complètement underground !

Le petit plus de la Galerie : le coin librairie street art ! Et vous savez à quel point j’aime les livres…

Ne pas effacer, l’expo

Ne pas effacer est un clin d’oeil à la lutte anti-graffiti, un retour aux sources. Adieu toiles graffées, bonjour mobilier urbain ! Cabine téléphonique, panneau de signalisation, porte de métro… De vrais morceaux de rues exposés (et qu’on rêve d’emporter chez soi). Au passage, ne cherchez pas les cartels avec le nom des artistes, il n’y en a pas. Les pièces sont à l’état brut, comme on les trouverai dans la rue.

Bon, alors, évidemment, mon grand jeu dans ce genre d’exposition c’est de m’imaginer avec un budget illimité, et de choisir 1 ou 2 pièces que j’aimerai acheter. Ici, sans hésitation, je repartirai avec la cabine téléphonique ! Une petite merveille…


Pictures are mine. Prises avec un Nikon D90.

Avec 3 500 visiteurs en un mois, l’expo qui devait se terminer fin mai est prolongée jusqu’au 30 juin. Des objets inattendus pour des pièces très différentes les unes des autres. Le lieu ne désemplit pas, on comprend pourquoi… Allez-y vite !

Les 19 street artistes exposés de NYC à Paris en passant par Singapour : Crash, JonOne, Sonic (Etats-Unis), Scope (Singapour), Alex, Ceet, Colorz, Der, Dizer, Fenx, Gilbert, Juan, Kongo, Lazoo, Nebay, Oeno, Poes, Rest et Tilt (France).

Infos pratiques

Horaires
Du lundi au samedi 14h – 19h

Galerie WallWorks
4 rue Martel
75010 Paris

Métro : Château d’eau (ligne 4)

Plus de bonheur : Si vous visitez la Galerie Wallworks, allez à la rencontre de Claude ! Passionné et passionnant, n’hésitez pas à lui poser vos questions sur la galerie, les artistes, ou le street art de manière générale, il vous aiguillera à travers l’expo entre décryptages et anecdotes. Une belle rencontre à ne pas louper !

Vous pourriez aussi aimer

3 Commentaires

  • Répondre PARIZONE@DREAM « Formally Informal 8 juin 2012 à 11 h 12 min

    […] 3 de l’expo “Ne pas effacer” à la Galerie Wallworks. Je vous en parlais le mois dernier sur le blog, cette soirée est l’occasion de visiter l’expo si vous ne l’avez pas encore fait […]

  • Répondre Crash x Wallworks, quand le Bronx débarque à Paris « Formally Informal 3 octobre 2012 à 17 h 14 min

    […] de bonheur : (re-)Découvre l ’esprit de la galerie Wallworks à travers l ’expo « Ne pas effacer » dont on parlait sur le blog au printemps dernier ! Fais tourner ! Tagué absolut vodka, bronx, comics, CRASH, crashocaster, […]

  • Répondre [PARIS] In situ (street) art festival | Formally Informal 21 mai 2014 à 15 h 38 min

    […] n’est pas le premier report photo street art que je fais (le dernier à Bagnolet, et une expo sur du mobilier urbain que j’avais beaucoup aimé chez Wallworks), j’ai été agréablement surprise et […]

  • Laisser une réponse

    Défiler vers le hautPhasellus elit. ut ut facilisis Donec commodo Donec