Confidences

Graffiti and your next stop could be jail.

23 août 2011


Première réaction : WAHOU ! Le message choc, le dispositif publicitaire, l’illusion du réalisme…
Bon ensuite, OK, je suis partagée.

La forme.

J’admire le dispositif publicitaire : c’est bien pensé, impactant et original. J’aime les campagnes alternatives, vraiment. Mais là ça me pose quand même un problème. « Le graffiti c’est mal », ça envahit l’espace urbain, le pollue, dérange (oui oui on sait !). OK. Et, la pub, en l’occurrence cette « pub » que fait-elle ? Elle envahit l’espace urbain, le pollue, dérange. (tiens)
La différence ? La monétisation ?

Le fond.

Je ne peux m’empêcher de remettre en question le message. Graffer c’est un moyen d’expression, une forme d’art alors : est-ce grave au point d’aller en prison ? (ouai la prison ça fait peur)
« Vous avez dit de l’art ? » C’est la que le débat commence : graffiti VS street art. Comment les différencier ? Quand est-ce qu’on dépasse la frontière de la dégradation urbaine pour franchir celle de l’art à proprement parler ? Un début de réponse dans cet article intéressant d’OWNI.

Réponse subjective. Compromis difficile…

Au final.

Je resterai juste choquée par l’appel à la dénonciation (sisi la petite ligne en dessous avec le numéro de téléphone)…

source : theworldsbestever

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser une réponse

Défiler vers le hautvenenatis Lorem mi, accumsan Curabitur et, nec Aliquam commodo