Confidences

Bonnes résolutions 2018 : s’il ne devait y en avoir qu’une…

8 janvier 2018

En ce début d’année, je suis étonnée de découvrir que pour beaucoup, le nouvel an ne représente rien de plus qu’une tradition, une convention sociale, l’arrivée d’un nouveau jour d’une nouvelle semaine. Sans plus. Alors que, pour ma part, à chaque 1er janvier, je me sens pousser des ailes…

Clap de fin

Chaque 1er janvier, je me sens comme quand on termine enfin un livre. Un livre très long qu’on a commencé depuis longtemps mais qu’on continue de lire parce qu’on ne va pas abandonner maintenant, même si l’intrigue ne nous passionne plus autant que quand on l’a commencé.

Chaque 1er janvier, je me sens comme en ce moment où tu tournes la dernière page de ce livre, et que tu refermes la quatrième de couverture. Clap. Ce sentiment jouissif d’être arrivé au bout. Nostalgique parfois. Mais heureuse et fière toujours. « Ça y est, je peux enfin passer à autre chose… choisir une nouvelle lecture ! ».

Recommencer à zéro

Chaque 1er janvier, j’ai cette sensation de renouveau, ce besoin de faire le bilan sur l’année écoulée, remettre les compteurs à zéro, effacer l’ardoise des ratés, forte de cette impression que tout est de nouveau possible. Le bonheur & la gratitude de connaître une nouvelle année aussi… et la volonté d’en faire le meilleur.little-by-little

Le 1er janvier pose une « milestone » sur mon parcours, dans nos vies en accélérées où le temps passe si vite et où l’on fait, au final, si peu de ce que l’on espérait faire. Une étape où je peux enfin me mettre sur pause pour regarder le chemin parcouru, au lieu de continuer à courir avec l’impression de n’arriver jamais… alors que j’ai finalement traversé beaucoup.

Un bilan que j’ai très envie de partager car je suis certaine que beaucoup de mes erreurs, des difficultés que j’ai rencontrées et épreuves que j’ai surmontées peuvent être utiles à d’autres. Pour les éviter, ou pas, pour se dire que non, on n’est pas seuls et que oui ça arrive aussi à d’autres, pour cesser de culpabiliser, d’être si dur envers soi… Parce que j’ai rencontré, découvert et redécouvert des femmes, et des hommes, qui m’ont énormément soutenue, écoutée, comprise, rassurée, déculpabilisée, aidée au cours de cette année si intense et particulière. Une présence, un mot, une oreille attentive, des encouragements, des partages d’expérience, des bras ouverts, un regard bienveillant, une épaule sur laquelle pleurer, des couches de peinture, des mains qui portent des cartons, du temps précieux, de l’amour infini.
Vous n’imaginez pas à quel point vous avez illuminé ma vie dans ses moments les plus sombres. Et, pour tout ça, je ne vous remercierai jamais assez.

Aurevoir 2017

Ce bilan, je le partagerai pourtant plus tard, car je ne m’en sens pas encore capable aujourd’hui. Pas assez de recul. Toujours en quête des mots justes. Mais, ce qui me vient déjà, c’est que, malgré les difficultés rencontrées, 2017, tu resteras à jamais dans mon coeur comme l’année de naissance de ma fille, et celle de ma (re)naissance aussi. Car, ce jour-là, une petite maman est née en moi. Une petite maman qui grandit chaque jour un peu, fait des erreurs, essaie du mieux qu’elle peut, prend chaque jour un peu plus confiance en elle, apprend à cohabiter avec la femme qui habite là depuis bientôt 30 ans, à trouver des compromis. Faire de la place pour tout le monde. Bouger les meubles. Retomber sur ce qu’on avait planqué en-dessous.

Un accouchement difficile que celui de devenir mère, peut-être même plus encore que l’accouchement physique, tant il chamboule tous les repères.

2017, tu resteras l’inoubliable.

2017, année la plus difficile de ma vie.

Mais, 2017,  je suis encore là. Toi tu ne reviendras jamais, et je te dis aurevoir. Aurevoir et merci.

Aller plus loin… sur SON chemin

Chaque 1er janvier, je fais le bilan et je me rends compte que j’ai dévié du chemin que je m’étais fixé, que je me suis éloignée de qui je veux être. Parfois, contre toute attente, pour devenir qui je suis vraiment. Ou me retrouver complètement déconnectée de mes valeurs.

L’occasion justement, de me recentrer et de prendre de « bonnes résolutions » grâce à 4 étapes très simples. Si ça vous dit d’essayer :

  1. Faites une liste des choses qui vous rendent heureux.se. (Faites-le vraiment. Oui, là maintenant, avant de passer à la suite. Allez.)
  2. Faites une liste des choses que vous faites chaque jour.
  3. Comparez les listes.
  4. Ajustez :-)

do-more-of-what-makes-you-happy-quote

Il ne me reste qu’à vous souhaitez de vivre une très belle année 2018 les amis.
Aimez-vous, vous, et entre vous aussi. Aimez-vous et faites ce qui vous rend heureux.

you-do-not-find-the-happy-life-you-make-it-quote

Plus de bonheur : à ce sujet. Ça peut paraître bateau, ça sera sûrement évident pour certains (chanceux que vous êtes) mais c’est une révélation de début d’année pour moi. Si vous devez faire un choix : choisissez ce qui vous rend heureux.se. Pas ce qu’il serait bien de faire, ou bien vu, ou correct, ou sérieux ou ce qu’on attend de vous. Non. Ce qui vous rend heureux. Parce que vous le méritez. Parce qu’on a qu’une vie. Et que vous êtes le seul et unique capitaine de la vôtre.
Et parce que si vous êtes heureux, vous rendrez les gens autour de vous heureux également. Ceux que vous croisez dans la rue, ceux qui partagent votre vie, ceux qui vous aiment (vraiment). Oui, parce que s’ils vous aiment vraiment, ils ne voudront que votre bonheur. Et vous voir heureux, même s’ils ne comprennent pas vos choix, les remplira de bonheur pour vous. Ce n’est pas le cas ? No problemo ! Rendez-vous à la case départ… et choisissez ce(ux) qui vous rend(ent) heureux. 😉
Aurevoir 2017, vive 2018 !

c-est-tout-quote-heart

No Comments

Leave a Reply