Art, musique & littérature

Défi #52Livres : 100% Pocket

29 août 2016

formally-informal-blog-litteraire-france-pocket

C’est pleine d’énergie que je fais ma rentrée après avoir tellement apprécié mes vacances (#mercilavie) ! Du coup, j’ai eu envie de recommencer par un article un peu spécial, parce que voilà :  je suis très heureuse et reconnaissante d’avoir intégré le Club des lecteurs Pocket en tant que blogueuse !

Ça veut dire quoi concrètement ?

Ça veut dire que je peux, chaque mois, choisir de recevoir des nouveautés de la maison d’édition Pocket pour les lire et vous en parler (ici et sur Instagram). Ça veut aussi dire que je suis non-rémunérée, que je ne suis tenue par aucune obligation et bien sûr libre de donner un avis honnête (bon ou mauvais), comme c’est de toute manière toujours le cas quand j’écris un avis. Une super opportunité donc :-)

Voici donc 4 Pocket que j’ai lu dernièrement dans le cadre de mon défi #52livres :

les-gens-heureux-lisent-et-boivent-du-cafe-agnes-martin-lugand-avis-blog-litteraireLes gens heureux lisent et boivent du café, d’Agnès Martin-Lugand

Comme j’ai entendu parlé de ce livre… Et comme j’ai résisté à le lire. Pourtant, quelle belle surprise ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un livre comme celui-ci. Un livre qui se lit tout seul, sans prise de tête et qui nous embarque tout de suite dans l’intrigue, avec l’envie de connaître la suite !

Résumé :

« Ils étaient partis en chahutant. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son coeur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.
Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

J’ai envie de vous dire pleins de choses sur ce qui va se passer dans le livre, mais si la quatrième de couverture ne le dit pas… Je me dois d’en faire autant. C’est émouvant, bien sûr, mais on se réjouit aussi. On sent globalement certaines choses arriver (et d’autres moins) mais ça ne fait qu’ajouter une dose supplémentaire de « ouiiiiii, enfin !! Je le savais ! » quand cela se passe.

– Si tu voyais dans quel état tu es !
– Si tu savais comme je m’en moque !

Un très bon moment de lecture, simple et vivant. Je recommande !
(Mais je vous le déconseille si vous essayez d’arrêter de fumer, car notre héroïne s’allume une cigarette à chaque page : vous risquer de craquer, vraiment 😬)

Éditions Pocket, 192 pages – 6,30 euros | Le commander en ligne

Pssst, si vous l’avez déjà lu, je vous parle du tome 2 disponible également au format poche !

13-a-table-pocket-livre-resto-du-coeur13 à table – édition 2016

Un Pocket à part que je n’ai pas reçu dans le cadre du Club des lecteurs mais que j’ai acheté et pour cause : 1 livre acheté = 4 repas distribués par Les Restos du Coeur. Un super partenariat autour de 12 auteurs connus et un lecteur : vous ! Le compte est bon :-)

Résumé :

Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris cette année encore leur plus belle plume pour vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d’un thème : frère et soeur.

Ceux qui s’aiment, ceux qui se détestent…
Souvenirs d’enfance, vie commune, haine larvée ou avouée, à chacun sa recette.

Douze fratries à découvrir sans modération.

Un livre qui regroupe 12 nouvelles autour d’un thème : la fraternité. Je lis peu de nouvelles, mais je compte bien me rattraper vu que la lecture de ce recueil m’a enchantée… c’est direct, incisif, on ne tourne pas autour du pot et on a rapidement le fin mot de l’histoire ^^ Bien que certains textes laissent perplexes. Mais avec 12 auteurs aussi différents, il y en a bien sûr pour tous les goûts !

« Je m’appelle Aleyna, j’ai dix-sept ans.
Aleyna, ça veut dire éclat de lumière. »
Aleyna, de Karine Giebel

L’occasion donc de découvrir de nouveaux auteurs inconnus ou connus mais jamais lu, dont, pour ma part, Michel Bussi, Maxime Chattam – bien que j’ai eu un doute sur la chute de sa nouvelle (mais je ne peux pas en parler aaaaaaaah), François d’Epenoux, Karine Giebel, Douglas Kennedy… Des auteurs que je serai ravie de relire… en roman !

Un livre à emporter partout, même si on lit peut, ou que dans le métro, pour se faire plaisir tout en faisant un geste pour les autres aussi <3

Éditions Pocket, 288 pages – 5 euros | Le commander en ligne

l-homme-qui-voulait-etre-heureux-gounelle-avis-blog-litteraireL’homme qui voulait être heureux, de Laurent Gounelle

Saviez-vous, par exemple, qu' »envoyer de l’amour » vers des cellules cancéreuses peut les faire régresser ? Qu’en prenant des placebos simulant un traitement de chimiothérapie, des cobayes ont perdus leur cheveux ? Alors que diriez-vous si je vous disais que vivre la vie de vos rêves c’est possible : il suffit d’y croire. Vraiment.

Résumé :

Imaginez…
Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où…
Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas… heureux.
Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.

Un livre qui nous amène à nous poser des questions sur la vie, le monde, sur soi, notre rapport aux autres et pourquoi nous agissons comme nous le faisons ou pourquoi nous n’agissons pas comme nous l’espérons.

– Ce n’est pas en disant aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre qu’on les aide à évoluer, répondit-il en souriant.

Un joli message et de belles démonstrations. Un livre qui se lit tout seul là aussi, sans complication et rapidement, ce qui est loin d’être le cas de tous les ouvrages du genre. On assimile les notions et idées sans effort, presque inconsciemment, par effet miroir avec ce que vit et expérimente le personnage.

Personnellement, j’avais plus l’habitude de remarquer chaque jour tout ce qui n’allait pas dans ma vie, que de penser à ce que je voudrais vraiment qu’elle soit…

Un livre à lire absolument pour tous ceux qui des envies, des rêves, des projets qu’ils n’osent pas réaliser. Une parfaite initiation au développement personnel pour les gens peu habitués à ce type d’ouvrages, un doux rappel pour les autres.

Imaginez qu’il n’y a aucune limite à ce que vous êtes capable de réaliser.

Éditions Pocket, 192 pages – 6,30 euros | Le commander en ligne

avis-blog-la-magie-du-rangement-poche-pocket-marie-kondoLa magie du rangement, de Marie Kondo

Il s’agit là d’une relecture, car face au bazar envahissant dans lequel j’ai vécu pendant de longues années et confrontée à une nouvelle vie à deux, faire du tri s’imposait… Et j’avais craqué pour le grand format ! Si vous ne l’avez pas encore lu, il est donc maintenant en poche (moins encombrant et moins cher) ! Je vous parle de mon expérience… inattendue.

Résumé :

Marie KONDO est consultante en rangement. Son entreprise à Tokyo connaît un vif succès et ses cours sont mondialement prisés. La Magie du rangement s’est déjà vendu à plus de 2,5 millions d’exemplaires à travers le monde.

Et si pour améliorer votre quotidien et changer votre vie, vous mettiez de l’ordre dans votre intérieur ?

Voilà la proposition de Marie Kondo. Mais comment faire ? Que jeter ? Que garder ? Par où commencer ? Quand s’y mettre ? Et surtout, pourquoi est-ce si important ?

Avec cette incroyable méthode, oubliez tout ce que vous savez déjà en matière de rangement et révolutionnez votre intérieur, dans tous les sens du terme.

Parmi les millions de lecteurs de ce livre ingénieux, certains ont changé de carrière, d’autres ont perdu du poids, d’autres encore se sont aimés davantage.

Préparez-vous, il y aura un « avant » et un « après »La Magie du rangement.

J’ai conseillé ce livre à de nombreuses personnes depuis que je l’ai lu tellement il a changé ma vie au quotidien. Oui vraiment, cette quatrième de couverture, ces commentaires de clients métamorphosés, tout ça est vrai, à mon tour d’en témoigner.

Vous avez tendance à garder, accumuler, empiler ? Vous avez du mal à vous séparer des choses (« et si j’en avais besoin, un jour, peut-être ? ») ? Et puis vous culpabilisez peut-être aussi devant tous ces objets ayant une certaine valeur sentimentale mais qui n’ont plus leur place chez vous (que dirait maman si elle savait que j’ai donné le vase qu’elle m’a offert il y a 7 ans ?) ?

Eh bien, je vous l’annonce : ce livre va vous changer la vie ! Oui, rien que ça. Pourtant des livres sur le rangement et l’organisation, j’en avais lu ! Mais celui-ci a fait tilt. C’est la première fois de ma vie que j’étais pressée et heureuse de faire du tri. Oui. Marie Kondo est motivante et encourageante tout en étant catégorique : on ne laisse rien trainer, on décide « sur-le-champ ».

Le travail que cela implique peut facilement être divisé en deux : décider de jeter ou non quelque chose et décider où le mettre si vous le gardez.

Ranger n’a jamais été aussi simple et aussi rapide. Vraiment. Je sais, on dirait que j’en fait des caisses alors, pour parler concrètement : à l’issu de ma journée de tri (l’étape la plus importante me concernant), j’ai jeté/donné à Emmaus :

  • 10 sacs de vêtements (vous voyez ces grands sacs de courses de supermarché. 10. Remplis.)
  • 3 sacs de chaussures et accessoires
  • 4 sacs de livres / CD / DVD
  • 5 sacs de papiers

Est-il nécessaire d’en dire plus ? J’ajouterai juste qu’outre la technique et les conseils tous deux très intéressants, ce qui m’a aidé à « choisir » c’est de me choisir de m’entourer de choses qui me rendent heureuse. C’est vrai, regardez autour de vous, chaque objet individuellement, et demandez-vous : est-ce que voir cet objet chez vous vous rend heureux ? Ne pensez pas rationnel (« mais cet objet est un cadeau, je ne peux pas m’en séparer » ou « c’est pas terrible mais bon c’est utile… ») non, demandez-vous simplement : est-ce que ce vêtement me rend heureux ? Vous aurez très certainement des surprises… et ce livre vous offrira des solutions… pour faire le vide (quel bonheur !).

Gardez les choses parce que vous les aimez et non « juste au cas où ».

Avant de terminer, j’ajouterai juste deux remarques : Marie Kondo a parfois un petit côté « mystique-mignon » d’adoratrice de la vie et des objets que j’ai bien aimé même si parfois c’est un peu WTF, ça se résume à quelques passages et ne dérange pas du tout la lecture, ne vous formalisez pas là-dessus. Et, plutôt que jeter comme l’incite l’auteure, penser que l’on peut tout aussi bien donner (à Emmaus par exemple).

Ranger implique de tenir chaque objet dans vos mains, de vous demander s’il vous met en joie et de décider à partir de là de le garder ou le jeter. En répétant ce processus des centaines et milliers de fois, nous améliorons naturellement notre faculté à prendre des décisions.

Bref, je recommande ce livre à tous ceux qui veulent apprendre une méthode de rangement efficace, à tous ceux qui ne savent pas jeter / se séparer des choses, à tous ceux qui veulent garder leur maison en ordre. Lâchez tout et lisez ce livre !

Éditions Pocket, 240 pages – 6,95 euros | Le commander en ligne

 

border-emerald

Merci aux équipes Pocket pour leur confiance et merci à vous de me lire.

Bonne rentrée… et bonnes lectures !

En panne d’inspiration lecture ? A lire ou relire, les chroniques des mois précédents :

Je suis aussi sur :
Facebook – Twitter – Pinterest – Instagram

3 Comments

  • Reply Ally 28 septembre 2016 at 13 h 01 min

    L’homme qui voulait être heureux est aussi l’un de mes livres chouchous qui peut être important à relire avant de faire un choix ! Je crois aussi qu’il offre un grand sentiment de liberté et maîtrise face à nos vies et introduit comme tu le suggères le pouvoir de la visualisation… Tant qu’on ne visualise pas, rien ne peu t arriver, notre être n’est pas tout entier dévoué à ce que ça arrive…
    Et pour la magie du rangement, je l’ai découvert cet été :) Quelle révolution ! Je suis aussi en plein tri, ça fait vraiment du bien. On sous-estime vraiment le pouvoir des objets… J’ai aussi déjà donné pas mal de vêtements de mon côté… :)

  • Reply Défi #52livres : Bilan et nouveau départ – Formally Informal by Julie Duval 5 février 2017 at 16 h 07 min

    […] découvert le tome 1 il y a quelques mois, dans le cadre du Club des lecteurs Pocket dont je fais partie (je vous en parlais ici), et […]

  • Reply Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une… Verdict ! – Formally Informal by Julie Duval 2 octobre 2017 at 12 h 49 min

    […] plusieurs fois en grand format mais sur lequel j’ai finalement sauté dans le cadre du Club de lecteurs Pocket quand il est sorti en poche (merci aux Éditions Pocket pour cet envoi <3). Un moment de lecture […]

  • Leave a Reply