Art, musique & littérature, Tendances

Alexander McQueen Savage beauty exhibition @ V&A Museum

15 mars 2015

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-preview-copyright-pic-julie-formally-informal.com

C’est l’une des expositions les plus attendues cette année. La rétrospective du travail d’Alexander McQueen, Savage Beauty, déjà exposée en 2011 au Metropolitan Museum of Art à New-York,  débarque à Londres. Le musée Victoria & Albert est pour le moment le seul point d’ancrage annoncé pour voir le travail du créateur en Europe. Déjà à guichets fermés pour le premier mois d’ouverture, si vous devez traverser la manche pour une expo, Savage Beauty sera celle à ne pas manquer cette année !

Homecoming

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-quote-no-way-back-for-me-dreams-copyright-pic-julie-formally-informal

Le V&A a été l’un des premiers musées à exposer le travail d’Alexander McQueen dès 1997. Un retour à la maison pour l’enfant terrible de la mode puisque Alexander McQueen, originaire de Londres, était un adepte du lieu qu’il visitait régulièrement en quête d’inspiration, un endroit où il disait qu’il aurait aimé « être enfermé la nuit entière » !

« London’s where is was brought up. It’s where my heart is and where I get my inspiration. »

J’ai eu la chance de me promener dans les salles du V&A en avant-première. Ce que je peux dire, avant d’en parler plus en détail et de vous laisser découvrir les photos, c’est que je ne connaissais que très peu Alexander McQueen avant de participer à ce voyage. Et, qu’on connaisse son travail ou non, qu’on aime ou non, on ne ressort pas indemne de ce vibrant hommage au couturier londonien. Voilà qui aurait plu à Alexander McQueen puisque pour lui, peu importait que l’on ait aimé ou non sa collection tant que l’on avait ressenti quelque chose. Et Savage Beauty est une rétrospective qui ne laisse pas le moins du monde indifférent…

Alors, pour que votre expérience se rapproche le plus de ce que l’on peut ressentir en parcourant les salles du V&A, commencez par lancer le player ci-dessous, qui reprend son dernier défilé Plato’s atlantis, et laissez le tourner pour écouter la musique pendant que vous lirez la suite et regarderez les photos. Cela vous mettra dans l’ambiance et vous offrira, je l’espère, une belle mise en bouche. Jouez le jeu, let’s go !

Savage mind

Je croyais m’embarquer dans une exposition de mode, et c’est un artiste que j’ai rencontré. Un artiste qui s’exprime sur des vêtements. A lui seul, il repousse les frontières de la mode et de l’art pour les faire se rencontrer violemment dans un sorte de no man’s land : son univers à lui. Comme je l’ai dit, je connaissais finalement très peu Alexander McQueen, mis à part quelques unes de ses pièces et collaborations emblématiques. Et j’ai été surprise par la diversité, la profondeur et la précision de son travail qui va bien plus loin que ces quelques images que l’on peut avoir en tête.

“People find my things sometimes aggressive. But I don’t see it as aggressive. I see it as romantic, dealing with a dark side of personality.”

L’exposition rassemble plus de 240 pièces et accessoires dont certains rares issus de collections privées. Le plus grand nombre jamais rassemblé autour du travail de McQueen, certaines pièces n’ayant même jamais été exposées depuis leur première apparition sur les défilés.  De sa première collection de fin d’études en 1992 à ses derniers modèles dessinés en 2010 et complétés après sa mort, le parcours de l’exposition présente, en 10 salles, les thèmes et concepts dominants du créateur. Une nouvelle section a aussi été ajoutée à l’exposition originale, axée sur les débuts du couturier à Londres.

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-taylor-palmier-pink-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-taylor-preview-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-taylor-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-taylor-focus-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-taylor-collar-copyright-pic-julie-formally-informal

Les salles s’enchainent et les collections toutes très fortes mises bout à bout dans une scénographie remarquablement orchestrée nous remuent plus on avance, accompagnées par une bande son qui amplifie encore davantage le voyage intérieur dans lequel on s’engage.

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-gothic-victorian-style-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-punk-style-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-romantic-victorian-style-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-plumes-gold-copyright-pic-julie-formally-informal

Un antre aux influences éclectiques et sans frontière ni de temps, de lieu, ou encore entre le réel et l’imaginaire. Cette impression de passer comme d’un monde parallèle à l’autre, en immersion totale, de découvrir des univers aussi fantastiques que merveilleux… mais de l’autre côté du miroir, dans un mélange de douceur et de violence.

“You’ve got to know the rules to break them. That’s what I’m here for, to demolish the rules but to keep the tradition.”

Alexander McQueen mixe savamment des idées, matières et époques diamétralement opposées pour créer quelque chose de nouveau et nous tirer avec lui dans son univers. Ses vêtements sont à la fois porteurs de sens, d’histoire et d’émotion. Ils ont un impact direct sur nous, simples observateurs, comme s’ils pouvaient parler, comme si des dizaines de petites voix, murmurant d’abord, entêtantes, incessantes, finissaient par s’époumoner en canon, appelant notre attention, notre regard, prêtes à délivrer leur message dans une sorte de télépathie puissante et profonde. Une communion qui prend aux tripes et qui nous tient un moment avant de nous retourner complètement.

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-primitive-inspiration-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-scottish-heritage-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-scottish-heritage-focus-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-scottish-heritage-kilt-copyright-pic-julie-formally-informal

Au-delà du choc visuel, en s’approchant on découvre un travail minutieux, précis, avec des pièces magnifiquement taillées et où le détail subtil, délicat, brodé, cousu, occupe une place importante. Laissant apparaître sa vision très personnelle de la beauté, sauvage et inimitable, non sans poésie.

« I used flowers because they die »

Sombres et mystiques, primitives et romantiques, traditionnelles et futuristes, sages et extravagantes, ses collections se fondent sur des paradoxes, laissant toujours à la mort une place d’honneur en tête d’affiche.

« I was trying to trap something that wasn’t conventionally beautiful to show that beauty comes from within. »

Mais c’est surtout à travers ses défilés spectaculaires aux mises en scènes inattendues qu’Alexander McQueen racontait ses collections. Un mode de transmission qui prend tout son sens au V&A museum à travers une scénographie qui sert autant le travail du créateur que le voyage du visiteur. C’est la boite de production, Gainsbury and whiting, avec qui Alexander McQueen collaborait à l’époque sur ses défilés, qui s’est occupée de la scénographie, restant fidèle à l’univers du créateur. L’art et la force, la puissance du show sont bien là, conservés et renvoyés en pleine face, sans avoir perdu de leur grandeur. On est transportés avec une intensité folle.

« I want to be the purveyor of a certain silhouette or a way of cutting, so that when I’m dead and gone, people will know that the twenty-first century was started by Alexander McQueen »

C’est dans cet esprit qu’une pièce entière a été amménagée pour accueillir l’hologram de Kate Moss (qu’on ne pouvait pas prendre en photo, mais mieux vaut le voir en vrai de toute façon 🙂 ). Grandiose et absorbant. Des frissons dans tout le corps, la chair de poule sur les bras. J’avais l’impression d’assister à une invocation, une apparition magique, surréaliste, d’outre tombe…

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-cabinet-of-curiosity-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-head-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-white-poetry-copyright-pic-julie-formally-informal

exhibition-exposition-lee-alexander-mcqueen-savage-beauty-london-londres-victoria-and-albert-museum-2015-plato-atlantis-collection-copyright-pic-julie-formally-informal

Cinq ans après la mort d’Alexander McQueen, celui qui puisait son inspiration dans l’art, l’histoire et la littérature, cet esprit provocateur doté d’une douce et sombre sensibilité m’a laissée à court de souffle. J’ai plongé dans son univers et j’en suis sortie touchée, remuée, émue, bouleversée, empreinte d’une certaine mélancolie.

Nombre de pièces sont encore complètement d’actualité et semblent résister au passage du temps, intemporelles, immuables, éternelles. Eternellement belles. Eternellement là. Une exposition qui vaut le détour. J’espère que ces quelques mots et images vous en auront convaincus.

Plus de bonheur : sur le site de V&A où une partie spécialement dédiée à la découverte de l’expo a été créée, the museum of Savage Beauty. A travers des interviews filmées, des photographies et des rappels contextuels, on en apprend plus sur les techniques, inspirations et histoires qui se cachent derrière 27 pièces sélectionnées.

Et, petit tuyau pour ceux qui prendront l’Eurostar pour aller à Londres (à 2h15 de Paris et vraiment plus green que l’avion) : l’entreprise a lancé un programme culturel qui s’appelle 2 for 1 et qui permet, pour tout aller-retour acheté en Eurostar, d’avoir, pour une entrée achetée dans un musée partenaire, une deuxième entrée offerte dans le même musée (parce que les expos c’est quand même mieux à deux). La bonne nouvelle c’est que le V&A Museum fait partie des partenaires, vous pourrez donc aller voir l’expo Savage Beauty à moitié prix avec un(e) ami(e) ! Un programme qui gagne a être connu parce qu’on visite souvent des musées quand on voyage et ça permet quand même d’économiser quelques euros 🙂
Tous les musées partenaires et toutes les infos sur le programme culturel Eurostar par ici.

Infos pratiques
Entrée : £16
Réservation en avance conseillée (attention car de nombreuses dates sont déjà complètes).
Pour pré-réserver dans le cadre du programme culturel Eurostar et bénéficier d’une entrée offerte, direction sur le site Victoria and Albert Museum avec le code promo VAM15 🙂

Encore plus de bonheur : à la Tate Britain où sont exposées des photographies montrant le processus de création d’Alexander McQueen, des coups de crayons aux défilés, immortalisées par Nick Waplington, dont certains clichés jamais montrés au grand public. Du 10 mars au 17 mai 2015, plus d’infos sur le site de l’expo. Et, bon plan là aussi puis que la Tate est partenaire du programme 2 for 1 donc n’oubliez pas de présenter votre billet d’Eurostar pour bénéficier d’une entrée offerte pour toute entrée achetée ! Bons voyages 🙂

All pics are mine ©
Un grand merci à Eurostar de m’avoir offert cette superbe opportunité <3

1 Comment

  • Reply Ana 15 mars 2015 at 11 h 44 min

    Très bon et bel article! Il donne vraiment envie de traverser la Manche pour aller voir cette belle exposition! Félicitations pour ton travail!

  • Leave a Reply