Art & Litterature, Expositions & Spectacles

Manuel Àlvarez Bravo au Jeu de Paume

27 novembre 2012

Belle découverte photographique au Jeu de Paume avec Parnasse… J’ai eu la chance d’avoir un guide pour m’orienter, alors, si comme moi vous n’êtes pas un expert sur l’artiste, je partage avec vous ses clés pour une meilleure compréhension et appréciation de l’expo. Parcours.

Un itinéraire poétique

Ce n’est ni la première exposition sur l’œuvre de Manuel Àlvarez Bravo (1902 – 2002), ni la plus grande, mais la première, construite sans l’artiste, qui veut donner un regard nouveau, en dépassant les clichés typiquement mexicains et en dévoilant une série d’images et films inédits provenant des archives.

Son œuvre, qui se déploie quand même sur 8 décennies, constitue l’un des piliers de la photographie moderne.

« Manuel Àlvarez Bravo n’est pas un photographe de scènes ni de groupes, mais de formes, d’objets, d’éléments isolés par un cadrage très directif qui les reconstruit selon l’agencement poétique de l’artiste. C’est un photographe de paysages tranquilles et d’individus solitaires, silencieux, presque toujours de dos, parfois endormis. C’est un photographe froid, lent, de solitudes et de quiétudes : un chasseur d’images, un artiste aux aguets. »

Dans sa quête de la photographie « pure », fortement inspiré par l’esthétique de Picasso, Manuel Àlvarez Bravo livre des images abstraites qui suscitent pas mal de questions sur le sujet comme sur la nature même de l’œuvre. Qu’est-ce qu’on voit sur le cliché et quelle est son échelle ? S’agit-il d’un dessin, d’une gravure, d’un collage ?

Une vision moderne du monde

Cadrée très près, un peu de côté, la réalité prend une autre forme, insoupçonnable, et peut être regardée avec un œil neuf. Il découpe le monde et extrait de la réalité avec un véritable « talent pour proposer des cadrages avec un style très personnel ». Une réponse aux provocateurs qui affirment que le photographe n’est pas un vrai créatif.

« Tournée vers une vision moderne, son œuvre est un discours poétique à part entière, autonome et cohérent en soi, construit au fil du temps. »

Il a créé des images qui n’existaient pas avant, avec un regard définitivement moderne pour l’époque. Une nouvelle vision de la photographie qui sort de l’influence « pictorialiste » qui s’inspirait de la peinture, gravure… Pour s’affirmer dans l’angle de ses prises de vue, en jouant avec l’ombre et la lumière comme avec le cadrage.

« Manuel Àlvarez Bravo utilise souvent la méthode qui consiste à placer l’appareil sur son trépied à un endroit où il estime qu’une image intéressante peut survenir, et à attendre patiemment pour l’attraper. »

En plus de l’image, le titre invite à relire le cliché, de manière différente, presque métaphorique, en y plaquant son propre imaginaire. Alors que certains titres enferment dans le tableau (comme Triptyque béton 2) d’autres, poétiques, invitent à la rêverie. Parmi ceux qui m’ont le plus fait voyagé : Le songe, Chagrin noir, Un peu gaie et gracieuse, L’enfant des autres contes, ou encore, Les amoureux de la fausse lune…

« Dans presque toutes les images, le photographe semble s’effacer, y compris dans les nus : l’appareil saisit les images de gestes privés et de rêveries intimes, où le corps s’expose mais sans se livrer entièrement. »

Un visionnaire que j’ai été heureuse de découvrir avec les éclairages d’un guide. Attention cependant aux périodes d’affluence. La majorité des clichés exposés sont en petit format ! Je remercie donc chaleureusement Parnasse de m’avoir permis de visiter cette exposition dans conditions aussi exceptionnelles.

Infos pratiques

Jeu de Paume
1 place de la Concorde
75008 Paris
Métro : Concorde

Horaires
Manuel Àlvarez Bravo. Du 16 octobre 2012 au 20 janvier 2013.
Mardi (nocturne) : 12h à 21h
Mercredi à dimanche : 11h à 19h
Fermeture le lundi, y compris les jours fériés.

Plus de bonheur : Diane Arbus au Jeu de Paume, une exposition qui m’a profondément marquée…

FacebookTwitterPinterestInstagramVimeo

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Sunday Links | Phototrend.fr 9 décembre 2012 at 17 h 00 min

    [...] Manuel Àlvarez Bravo au Jeu de Paume – Formally informal [...]

  • Leave a Reply