Art, musique & littérature

Des amours dérisoires

8 octobre 2012

Cela fait un moment que j’ai envie de vous parler d’un livre sans vraiment trouver les mots pour. Je l’ai aimé, que dire de plus. Ce livre a été le livre de mon été, de quoi apporter un peu de soleil à ce mois d’octobre !

Un livre, des rencontres

A quoi tenait donc le début d’une histoire ?

Des amours dérisoires est un livre qui parle de rencontres originales, de coups de foudre dans un zoo, de premiers rendez-vous ratés, d’architectes qui construisent des maisons de chanteurs (avec des enceintes étanches dans la baignoire pour écouter la musique en mode sous marin), de partir sur un coup de tête. Ce livre parle de Vincent, Marine, Raphaël et Juliette, une bande d’amis, tous différents à leur manière. Des histoires, parfois aux allures de VDM, qui auraient aussi pu être les nôtres.

Les premières rencontres sont chargées de toutes nos incertitudes et de tous nos espoirs.

On suit les aventures de Vincent du début à la fin. Ses amours, ses peines, ses états d’âmes (souvent typiquement masculins, avouons-le), ses techniques de drague complètement douteuses, ses moments de solitudes gênants en public qu’on connait tous un jour. Un garçon, bien garçon, sensible quand même, maladroit souvent, qui m’a fait rire. Et rire devant un livre, c’est assez rare pour le noter !

Vincent composa le numéro. Il faut être vraiment débutant en amour pour ne pas savoir qu’il est imprudent de montrer de l’emballement alors qu’une histoire n’a même pas débuté. Il est d’ordinaire de bon ton de feindre une certaine résistance, de marquer un temps, laisser en l’autre un léger doute s’installer et le désir monter. Vincent, lui, d’une nature peu calculatrice n’écouta que sa pulsion. Il appela donc..

Virginie Carton, l’auteur, est aussi journaliste spécialisée dans la chanson française. Et ça s’entend se voit! Entres les chanteurs français que l’on rencontre dans son roman et la liste de chansons que l’on retrouve à la fin, la bande originale du livre, on ne s’y trompe pas !

Au fond de lui, une voix lui soufflait que ce genre de choses n’arrivait normalement que dans les rêves. Il se demanda s’il était en train de rêver…

Pour résumer, « entre Friends et Coup de foudre à Notting Hill » annonce la quatrième de couverture, et en effet, on n’est pas loin ! Un livre touchant, accessible, et très drôle (vraiment très drôle), pour lequel j’ai eu du mal à trouver les mots, oui. Alors que dire de mieux que : lisez-le, vous passerez un très bon moment !

Partir sur un coup de tête à l’étranger avec un étranger. La vie peut être tellement sinistre. Qui ne rêve pas d’un tel enlèvement ?

Des amours dérisoires, Virginie Carton

Prix : 13e77 sur Amazon
Broché: 192 pages
Editeur : Grasset (2 mai 2012)
Collection : Littérature française

Un grand merci aux éditions Grasset de m’avoir fait parvenir ce livre avec lequel je me suis, encore une fois, régalée.

Plus de bonheur (MAJ 05/2014) : en découvrant le nouveau roman de Virginie Carton, la blancheur qu’on croyait éternelle (dont je parle sur le blog !)

FacebookTwitterPinterestInstagramVimeo

2 Comments

  • Reply La blancheur qu’on croyait éternelle | Formally Informal 24 mars 2014 at 10 h 32 min

    […] vous ai déjà parlé de Virginie Carton et son premier roman, Des amours dérisoires, que j’avais dévoré, les yeux rieurs (petite session de rattrapage pour ceux qui auraient […]

  • Reply #52livres : 4 nouvelles lectures à ajouter à votre PAL ! – Formally Informal by Julie Duval 4 juillet 2016 at 12 h 02 min

    […] de Virginie Carton. Je vous avais déjà recommandé chaudement les deux précédents sur le blog (« Des amours dérisoires » chroniqué en 2012 – déjà…! – et « La blancheur qu’on croyait […]

  • Leave a Reply