Art, musique & littérature, Se mettre au vert, Spotlight

Le bonheur est-il dans le peu ?

27 novembre 2017

Matraquage publicitaire, SMS promotionnels, récap’ shopping de vos amis sur les réseaux sociaux… À moins d’habiter dans une grotte, il était impossible de passer à côté de « l’évènement » du week-end : le Black Friday. Et de se demander, une fois de plus, si, le bonheur, ça s’achète ?

Et si le bonheur était tout simplement dans le peu ? (et donc un peu dans le pré, aussi. Voilà, ça, c’est dit.)

Société de cons(ommation)

bureau-minimaliste

Aaah les équipes marketing. Ces gens dont le boulot est de nous faire croire qu’on sera plus beau, plus successful et plus heureux si on achète ceci ou cela. Vous avez déjà essayé. Vous l’avez acheté (souvent cher) ce fabuleux produit. Et alors ? Heureux ? Peut-être un peu au début. Mais on se rend compte rapidement que l’effet miracle est rarement au rendez-vous, et le « bonheur » promis aussi vite parti que les euros (durement gagnés) sur votre compte bancaire. Mais ça c’était avant que ne sorte ce nouvel objet ENCORE MIEUX… et c’est reparti. Nous faisant perdre au passage, argent, énergie et temps précieux.

Pensez à toute l’énergie que vous dépensez pour acquérir ne serait-ce qu’un objet : prévoir l’achat, lire les avis, chercher au meilleur prix, gagner (ou emprunter) de quoi le payer, aller l’acheter dans un magasin, le rapporter chez vous, trouver l’endroit où le mettre, apprendre à l’utiliser, le nettoyer (ou nettoyer ce qu’il y a autour), l’entretenir, acheter des pièces supplémentaires, l’assurer, le protéger, essayer de ne pas le casser, le réparer quand on l’a finalement cassé et parfois continuer à le payer même quand on ne s’en sert plus. Maintenant multipliez ça par le nombre d’objets que vous possédez.

Je ne sais pas vous mais moi ça me donne le tournis. « Pas facile d’être minimaliste dans un monde dominé par les médias »… et être zéro déchet, encore moins ! On se retrouve vite entourés d’objets qui nous encombrent plus qu’ils nous sont utiles. C’est vrai, posez-vous la question : tout ce que vous possédez a-t-il une vraie utilité dans votre maison ?

Vous vous dites peut-être que tous les objets sont utiles. Mais avez-vous déjà lu un guide de survie ? En fait, on a besoin de très peu de chose pour rester en vie : un abri, des vêtements pour réguler sa température interne, de l’eau, de la nourriture, quelques récipients, un peu de matériel de cuisine…

« Oui mais » vous vous dites, ce à quoi je réponds oui mais :

Mais, attention, pour être utile, un objet doit être utilisé !

Moins d’objets : moins de stress, plus de libertés

esprit-minimaliste-raisons-1024x737

C’est vrai, « on se plaint toujours de manquer de temps. Et si c’était la faute de nos affaires ?« . Quand je pense au nombres d’heures passées perdues à prendre soin de mes affaires et ma maison… Je me dis que je passe à côté de beaucoup de plaisirs, pour pas grand chose au final. Vivre avec moins de vêtements par exemple c’est moins de lessives, moins de linge à étendre, à détendre, à plier, à ranger… (et hop du temps de gagné).

Plus facile à dire qu’à faire n’est-ce pas ? Cela fait quelques années que j’essaie de faire du vide autour de moi. Et bien que j’arrive de plus en plus facilement à me séparer des objets qui m’entourent et, surtout, à ne plus en acheter, j’ai toujours trop de choses. J’aimerais ne garder que le strict minimum mais arrivent toujours les objets « sentimentaux » et ceux payés chers (ou contenant des données personnelles que je dois sauvegarder, comme les anciens ordinateurs et téléphones) qui me restent sur les bras. Pourtant, je ne les utilise plus depuis des années. Mais ils me prennent une place (et une énergie) folle.

C’est le livre de Marie Kondo, La magie du rangement (dont je vous parlais ici), qui m’a permis de commencer mon tri, de déculpabiliser, de remettre les objets à leur place et mon bien-être au centre. Le livre de Francine Jay, qui vient de sortir en poche (détail qui a son importance !) chez Pocket, Le bonheur est dans le peu, m’a permis d’aller encore plus loin (avec sa méthode STREAMLINE). Une check-list de 10 points pour ne garder que ce que l’on aime, et dire au revoir au reste. Le tout dans une démarche citoyenne et environnementale.

Devenir un minimaliste éclairé

minimalisme-développement-personnel

Donner plutôt que jeter, donner à des gens qui en ont besoin plutôt que garder « au cas où » depuis des années dans un placard. Se satisfaire du suffisant. Penser « globalement », sur une planète aux ressources limitées.

« Vivre simplement pour que simplement d’autres puissent vivre. » Gandhi

Car « chaque « extra » que nous prenons prive (ou privera) quelqu’un d’autre. Cet extra n’augmentera pas de façon significative notre bien-être alors que pour une autre personne, il peut être une question de vie ou de mort. » Chaque achat a un coût environnemental et humain : en avez-vous besoin au point de faire travailler des gens dans des conditions injustes, dangereuses ou inhumaines ? De transformer davantage la terre, des générations futures, en décharge géante ?

Trois pistes : achetez moins (et que l’indispensable), d’occasion, et local. Une quatrième : privilégier « les expériences » aux biens matériels. Des idées que j’aimerais développer dans un futur article… si je trouve le temps de le faire prochainement (oui parce que j’ai pas fini de me désencombrer voyez-vous). En attendant, je vous conseille la lecture de ce livre inspirant :

le-bonheur-est-dans-le-peu-francine-jay-poche-pocket-avis-blog

Voici le livre pour vous apprendre à ranger, trier, vous alléger et vous sentir mieux. Vous découvrirez comment, vous aussi, vous pouvez cultiver un état d’esprit minimaliste et profiter des belles choses sans forcément les posséder.  Vous saurez identifier la raison d’être de chaque objet, lui trouver une place, poser des limites à l’accumulation, chérir ce que vous avez et ainsi prendre soin de votre karma. Une méthode simple et libératrice.


Francine JAY 
est la pionnière américaine du coaching en désencombrement. Elle a lancé le Minsumer Movement, mouvement consistant à lutter contre la dictature du toujours plus, à consommer moins et mieux, afin de redéfinir notre place dans le monde.

P.S. : La prochaine fois que vous avez « envie » d’acheter un objet, avant de passer à l’acte, demandez-vous : pourquoi ?

Merci aux Éditions Pocket pour cette lecture.

Retrouvez-moi aussi sur :
Twitter – Instagram  – Facebook – Pinterest

Family, Paris

J’aime lire fête ses 40 ans à Paris

8 novembre 2017

Ah J’aime lire, ce magazine tellement culte. Je me souviens le bonheur de le recevoir à la maison. Je me revois le lire allongée sur la moquette dans ma chambre. Je me rappelle les histoires et les BD. Un univers inoubliable dans lequel je me suis replongée hier à l’occasion de sa petite fête d’anniversaire : 40 ans, déjà !

J’aime lire… passionnément !

40ans-j-aime-lire-orange-opera-pic-by-formally-informal Lire la suite…

Art, musique & littérature

Petites surprises sur le chemin du bonheur, une agréable surprise !

18 octobre 2017

Comme je suis contente d’écrire ENFIN une chronique sur ce livre que j’ai commencé il y a un moment et puis, la vie. J’ai accouché, déménagé et bien que je l’ai adoré dès le départ, j’ai mis du temps à m’y remettre (on n’est pas fatigués). Une lecture qui fait du bien au moral !

petites-surprises-sur-le-chemin-du-bonheur-monica-wood-kero-avis-blogRésumé :

Un roman lumineux qui fait la part belle à l’amitié et l’espoir.

A 104 ans, Mlle Ona Vitkus pensait en avoir fini avec les sentiments. Mais l’arrivée dans sa vie si ordonnée d’un jeune garçon pas comme les autres va tout chambouler.

Du jour au lendemain, la vieille dame se trouve embringuée au cœur d’une famille en plein tourment, et même dans un road trip inattendu et burlesque. Chemin faisant, elle découvre que la vie lui réserve encore bien des surprises, et, surtout, qu’elle a encore beaucoup à offrir à ceux qui croyaient avoir tout perdu…

 

En lisant le résumé du livre, je ne m’attendais pas du tout à l’histoire que j’allais découvrir. Il y a une énorme surprise dès le départ, que je vous laisse découvrir à la lecture, qui change complètement la donne… Lire la suite…

Art, musique & littérature, Spotlight

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une… Verdict !

2 octobre 2017

Voilà un livre dont j’ai beaucoup entendu parlé, que j’ai beaucoup vu sur les réseaux et sur les étalages en librairies. Un livre dont le titre m’intriguais et que j’avais très envie de lire. Un livre que j’ai failli acheter plusieurs fois en grand format mais sur lequel j’ai finalement sauté dans le cadre du Club de lecteurs Pocket quand il est sorti en poche (merci aux Éditions Pocket pour cet envoi <3). Un moment de lecture complètement… inattendu !

ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-as-qu-une-raphaelle-giordano-poche-pocket-avis-blog-litteraireRésumé :

– « Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë.
– Une quoi ? »

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce et repart à la conquête de ses rêves…

Lire la suite…

Confidences

Three hearts, one love

30 septembre 2017

Si vous me suivez sur Instagram, vous connaissez déjà la nouvelle qui va suivre. Je la repartage telle quelle car j’avais envie d’en garder une trace ici. Pour introduire aussi cette envie que j’ai de partager davantage sur ce sujet sur le blog :-)

three-hearts-one-love

Je suis tombée sur cette image et ça a fait tilt. J’ai enfin trouvé les mots qui me manquaient, ceux que je cherchais depuis des semaines.

Three hearts, one love.

Il y a un an j’apprenais qu’un petit coeur battait dans mon ventre. (Oui.) Et depuis 4 mois, je le serre tout contre moi. (Oui oui.) Je suis maman.

C’est loin de l’image parfaite, facile, dorée que j’avais de la parentalité. Loin des clichés de maisons bien rangées, de petits plats fraichement cuisinés et de mamans super stylées.

Les journées filent, le quotidien est complètement différent, les priorités changent mais la magie opère.

Il y a des hauts, des bas, beaucoup de rires, et de fatigue aussi. Et puis il y a l’amour. Cet amour puissant qui prend aux tripes.

Je suis maman. Je m’en rends compte, petit à petit, pleinement. Ça n’est pas inné, pas une évidence, c’est un apprentissage de tous les jours.

C’est dur et c’est beau.

C’est un drôle de cadeau.

#mercilavie

Pour ces deux énormes coeurs qui partagent ma vie, merci. Et pour tous les petits coeurs qui crépitent autour de nous aussi.

Art, musique & littérature

Dites oui à la littérature : la première rentrée littéraire des Éditions de l’Observatoire

4 juillet 2017

Quand j’ai été contactée par les éditions de l’Observatoire pour découvrir leur rentrée littéraire, j’ai d’abord été intéressée car je ne connaissais pas cette maison (qui est née cette année !) puis surprise en allant sur leur site. Quasiment que des ouvrages politiques… Un sujet que je ne traite pas sur le blog, et pour cause, bien que j’aime les documents et essais, je ne lis pas vraiment d’ouvrages politiques au sens propre. Curieuse, je me rends à leur présentation. Et j’ai bien fait car leur rentrée littéraire est tout à fait… littéraire !

Si les documents et essais représentent la majorité des publications de cette maison (avec un premier semestre 2017 très lié à l’agenda politique, comme j’avais pu le remarqué sur le site, mais non représentatif de l’ambition de la maison m’ont-ils dit), les romans font leur entrée dans le catalogue à l’occasion de la rentrée littéraire ! Au programme : quatre livres différents qui invitent tous au voyage. Présentation et impressions. Lire la suite…